Un test de paternité réalisé avec les poubelles de Julio Iglesias!

test de paternité EspagneUn espagnol a fait réaliser un test de paternité à partir des poubelles de Julio Iglesias

Publié le 4 septembre 2017, mis à jour 10 juillet 2019. La justice espagnole va examiner aujourd’hui 4 septembre 2017 une demande en reconnaissance de paternité inhabituelle. En effet, ce test ADN réalisé à partir d’échantillons récupérés dans les poubelles du chanteur Julio Iglesias. Recevra t elle le résultat d’un test de paternité réalisé avec des échantillons récupérés dans les poubelles du présumé père?

L’AFP nous apprend que la demande a été déposée par un Espagnol de 41 ans appelé Javier Sánchez-Santos par le biais de son avocat maître Fernando Osuna.

Une première demande rejetée pour vice de forme

Sa mère, María Edite Santos, danseuse de nationalité portugaise, avait tenté de prouver depuis plus de 25 ans que Javier était le fils biologique de Julio Iglesias. Son fils était alors âgé de 16 ans. Julio Iglesias avait refusé de se prêter à un test de paternité. La requête devant la justice espagnole avait été rejetée pour une question de vice de procédure, sans qu’un test ADN de paternité ne soit effectué.

L’avocat de l’homme qui pourrait être le 9e enfant de Julio Iglesias, assure qu’il a désormais suffisamment d’éléments pour que le tribunal puisse de nouveau étudier ce dossier. Il a raconté les circonstances rocambolesques dans lesquelles il a fait réaliser au mois de juillet un test de paternité à l’insu de son père potentiel.

Un détective privé missionné

détective test ADNJavier Sánchez-Santos s’est alloué les services d’un détective privé, qui est allé rechercher des échantillons de l’ADN de Julio Iglesias… dans ses poubelles, laissées à l’extérieur de sa maison de Miami avant le passage des éboueurs. Les mouchoirs et des mégots ont permis d’extraire suffisamment d’ADN pour pouvoir faire un test de paternité.

Le test ADN a permis de prouver que Julio Igle­sias était bien le fils biologique de Javier Sánchez-Santos. De plus, l’analyse d’une bouteille d’eau a tout fait basculer. L’ADN de Javier Sanchez-Santos correspondait avec celui du fils du crooner, Julio Iglesias Junior qui était venu faire du surf à Miami.

Julio Iglesias, est considéré comme l’une des 10 premières fortunes d’Espagne. Sa carrière musicale a duré plus de 50 ans sans interruption et il est certainement le chanteur latino qui a vendu le plus d’albums dans sa carrière (plus de 250 millions).

L’avo­cat est sûr que la justice espagnole acceptera de réexaminer la demande en reconnaissance de paternité. Il déclare : « il n’est pas admis­sible qu’il soit scien­ti­fique­ment le fils de Julio et pas judi­ciai­re­ment ».

Il reste à savoir quelle cour acceptera comme preuve un test de paternité réalisé dans de telles conditions

Le cabinet d’avocats Bufete Osuna, spécialisé dans ce type de procédure, a documenté minutieusement les conditions de la collecte et de la conservation des échantillons. “La vérité doit prévaloir sur des questions procédurales”, déclare l’avocat.

Un test de paternité à partir de poubelles suffisant pour réouvrir la procédure

test de paternité à partir de poubellesLe tribunal de Valence a annoncé mercredi 10 juillet 2019 avoir reconnu Julio Iglesias comme étant le “père biologique” de Javier Sánchez-Santos. Finalement ce n’était pas sur la base de ce test de paternité “poubelles”. En effet, le tribunal a exclu cette preuve car le rapport d’analyses apporté “était dépourvu de pertinence et de valeur juridique“.

Néanmoins, le juge en charge du dossier a convoqué le crooner, qui n’a comparu à aucune de ses convocations et n’a fait aucun commentaire à la presse sur cette procédure. Le chanteur devait notamment se soumettre volontairement à un nouveau test de paternité pour confirmer ou infirmer la paternité biologique de Javier Sánchez.

Les enfants cités pour subir un test ADN à la place de leur père Julio

Puisque Julio a toujours refusé d’accéder à la demande du juge de se soumettre à un test de paternité, alors ses fils doivent comparaître devant les autorités espagnoles. Une notification a donc été envoyée à tous les enfants Iglesias. Ils devaient se soumettre volontairement à un test ADN à la place de leur père. Pour finir, le tribunal a jugé l’affaire en huis clos, avec la présence de Javier Sanchez et de sa mère Maria Edite.

La paternité légale reconnue sans test ADN supplémentaire

Finalement, le juge a conclu que Julio Iglesias était le père biologique de Javier Sanchez Santos à partir d’un faisceau d’indices. Tout d’abord le refus de se soumettre au test de paternité. Ensuite “la ressemblance physique évidente” entre le fils et son père présumé “. Il est vrai qu’elle pourrait en principe être le fruit du hasard. Mais il s’agirait cependant d’une coïncidence excessive et très improbable”. Ensuite, le tribunal a utilisé des photos de presse prouvant que Julio Iglesias participait avec Marie Edite à un concert le 19 juillet 1975. La date de conception de Javier correspondait aux jours entourant ce concert. Le juge a donc estimé qu’il n’était “pas invraisemblable” qu’ils aient eu des rapports sexuels à cette occasion. Enfin Marie Edite avait pu décrire précisément le lieu et l’aménagement intérieur” de la maison qu’occupait le chanteur à l’époque, ce qui renforçait la probabilité d’une relation sexuelle.

Est-ce la fin de ce feuilleton juridique? La décision du 10 juillet 2019 pourra toutefois faire l’objet d’un appel de la part du chanteur.

 

Retour haut de page