Ils ont réussi à tricher sur un test ADN de paternité !

Ils ont triché sur un test ADN de paternitéLe 15 novembre 2019 – Voici l’histoire de deux hommes qui ont réussi à tricher avec un test ADN de paternité! Est il possible de fausser un test de paternité? Le test ADN est réputé fiable lorsqu’il est effectué auprès d’un laboratoire accrédité. Comment ont-ils fait pour fausser le résultat à leur avantage?

Le père présumé envoie un sosie faire un test ADN à sa place

Un pompier britannique de 33 ans a trouvé un moyen de tricher avec son test ADN pour éviter de payer une pension alimentaire. Le journal britannique The Shropshirestar nous a rapporté cette histoire le 11 novembre 2019.

Simon Jordan devait régler £16000 (près de 19000€) à une infirmière qui affirmait qu’il était le père de son enfant. Au début, le père contestait la paternité du bébé. Puis il accepta de se soumettre au test de paternité demandé dans le cadre de la procédure légale.

Pour un effectuer test ADN de paternité légal, le père et l’enfant doivent déposer des échantillons d’ADN auprès d’un personnel assermenté et présentent un justificatif de leur identité. Comment le père présumé a-t-il pu tricher sur le résultat de son test de paternité?

Il se rend au centre légal de prélèvement avec la carte d’identité de son ami

Ils ont triché sur le test ADN de paternitéSimon Jordan a simplement demandé de l’aide à un ami, Jason Coles, 40 ans, qui lui ressemblait un peu. Jason Coles accepta de donner son échantillon buccal à la place de son ami et s’est ainsi présenté au centre médical Broseley pour le prélèvement, muni de la carte d’identité de Simon Jordan.

L’histoire aurait pu s’arrêter là, puisque le test de paternité réalisé avec l’ADN de l’ami du père était négatif. Mais la mère de l’enfant continuait d’affirmer catégoriquement que de Simon Jordan était le père biologique de son enfant. Si bien que l’agence nationale en charge de recouvrement des pensions alimentaires (the Child Support Agency) a ouvert une enquête.

Peines de prison fermes pour conspiration en vue de commettre une fraude

Les deux hommes ont finalement admis – devant la cour de Justice royale de Shrewsbury – avoir conspiré pendant l’été 2017 en vue de commettre une fraude. Tricher sur un test ADN de paternité n’est pas un acte anodin: Simon Jordan paiera la pension alimentaire de £16000 due initialement ainsi qu’une amende de 2000£ et a désormais un casier judiciaire. Il effectuera une peine de prison de 12 mois assortie d’une peine avec sursis de 18 mois et 200 heures de travail d’intérêt général.

Son ami Coles a également été condamné à une peine de six mois de prison, 12 mois de sursis et 200 heures de travail d’intérêt général. Sa peine était plus faible, car le juge estima que son ami l’avait été entraîné à tricher sur ce test ADN alors qu’il n’y avait pas d’intérêt financier direct pour lui.

peine prison triche test ADN paterniteLe Juge Peter Barrie de la cour de Justice royale de Shrewsbury a déclaré : « les gens doivent assumer leurs responsabilités lorsqu’un enfant est conçu, quelles que soient les circonstances. Puisque vous reconnaissez désormais être le père de l’enfant, cette infraction était une tentative de vous soustraire au paiement de la pension en fraudant les autorités par le moyen d’un test ADN qui exclurait votre paternité. Vous saviez pertinemment qu’un test ADN prouvant votre paternité conduirait au paiement d’une pension.»

Andrew Holland, l’avocat de Jordan a expliqué que « Simon Jordan était tombé du ciel lorsque l’infirmière lui avait annoncé qu’il était le père de l’enfant » et a reconnu que « c’était totalement insensé et stupide de sa part d’avoir demandé à son ami de passer le test ADN à sa place ».

Lire nos autres articles autour de ce sujet:

Retour haut de page