Qu’est-ce que l’ADN ? Définition et enjeux

L’ADN est l’abréviation de acide désoxyribonucléique. Tous les organismes ont une molécule ADN. Cette longue molécule est le vecteur de l’information génétique. Elle contient le code génétique qui rend chaque individu absolument unique à l’exception des jumeaux homozygotes (dits vrais jumeaux) qui sont nés de la fécondation d’un seul œuf et ont par conséquent un patrimoine génétique rigoureusement identique.

L'hélice d'ADN déroulée à partir d'un chromosome dans le noyauC’est parce que l’ADN est unique que les polices criminelles ont de nos jours systématiquement recours aux tests d’identification ADN : il apportent des preuves irréfutables qui permettent d’innocenter ou d’incriminer avec certitude des personnes suspectes.

Le profilage ADN est également pratiqué dans le cadre de la recherche médicale : comme l’ADN est une information héréditaire, on peut rechercher une prédisposition à certaines maladies génétiques, vérifier une compatibilité dans le cadre de dons d’organes, de même que confirmer la filiation par des tests de paternité ou de maternité.

Les applications du profilage ADN se multiplient actuellement car l’information contenue par le profil génétique est immense. Nous avons vu que l’empreinte génétique d’un individu était unique, mais par rapport au nombre de séquences qui composent les brins d’ADN, il y a relativement peu de différences d’un individu à l’autre au sein d’une même communauté. Notre patrimoine génétique contient ainsi des informations personnelles révélatrices de notre origine (groupe ethnique, filiation et paternité biologique), c’est pour cela que les travaux de recherche, la pratique des tests ADN et le stockage des données sur l’ADN sont étroitement encadrés par la loi en France.

Les chercheurs travaillent actuellement sur la cartographie du génome humain. En l’occurrence de repérer le rôle de certains gênes dans la survenance de pathologies génétiques ou autres. Certains laboratoires aux Etats-Unis d’Amérique proposent déjà aux particuliers de leur établir une carte de probabilité de contracter un cancer ou la maladie d’Alzheimer. Le désir de lever le doute parait tout à fait légitime chez des enfants qui se savent menacés d’une pathologie héréditaire, mais il faudra néanmoins veiller à ce que les clients/patients puissent faire l’objet d’un encadrement psychologique approprié à la réception des résultats. Les conséquences de ces tests sur la vie des individus testés positivement peuvent être dévastatrices, s’il y a une probabilité pour que la maladie se développe, garderont-ils à l’esprit qu’il y a donc aussi une chance si petite soit elle que la maladie ne survienne finalement pas? Il est de plus reproché à ces tests de ne se concentrer que sur une infime partie du patrimoine génétique, dans l’actualité de la fin de l’année 2013,  les tests de la société 23andMe ont ainsi fait l’objet d’une interdiction de la Food and Drugs Administration aux Etats-Unis.

L'empreinte génétique d’un individu est unique.

En conclusion, l’ADN est le support du patrimoine génétique mais également de ses variations. Dans la plupart des cas, l’information contenue par l’ADN est reproduite fidèlement de génération en génération mais il peut y avoir des erreurs dans la réplication des séquences de l’ADN : des mutations spontanées ou induites. Ce sont ces altérations qui ont permis la diversité génétique et l’évolution biologique des espèces au fil du temps.

Lire nos autres articles autour de ce sujet:

Retour haut de page