Deux jumelles nées de pères différents

jumelles nées de pères différents Article original le 12 mai 2015 – Mise à jour le 29/03/2019

Nous vous avions exposé en 2015 le cas très rare de deux jumelles nées de pères différents aux États-Unis. Le journal Strait Herald a rapporté le 25 mars 2019 un nouveau cas de superfécondation hétéroparentale. Cette fois, ce sont deux jumeaux qui sont nés de deux pères différents à Xiamen dans le sud-Est de la Chine.

 

Deux jumelles nées de deux pères différents aux Etats-Unis

The New Jersey Law Journal a relaté l’histoire insolite d’une mère du New-Jersey (États-Unis) ayant donné naissance à deux jumelles nées de pères différents.

L’affaire peut faire sourire ou bien donner froid dans le dos. Cette mère, que le journal nomme T.M., demandait en justice la reconnaissance de la paternité de son ex-compagnon A.S. ainsi que l’attribution d’une pension alimentaire pour l’aider à élever ses deux jumelles. Le juge a fait droit à la demande de la mère en demandant une analyse de l’ADN du père et de ses jumelles. Le test de paternité a révélé que l’ADN d’une seule de ses deux filles correspondait à celui de son père biologique!

Deux autres cas de superfécondation constatés en Chine

Un couple de la ville de Xiamen, (Sud-Est de la Chine) venait enregistrer la naissance de leurs jumeaux début 2018. L’histoire est rapportée par le Strait Herald le 25 mars 2019. Le couple se rendit auprès de la police locale et devait selon l’usage, produire le résultat d’un test ADN pour prouver la paternité des nouveaux-nés.

L’homme a confié qu’il pensait également que l’un de ses fils ne lui ressemblait pas du tout. Mais il a tout de même été choqué lorsque le résultat lui a appris qu’il n’était pas le père biologique de l’un des deux bébés. L’épouse a reconnu qu’elle avait eu une relation extra-conjugale d’un soir au moment de la conception de leur autre enfant. Le père a annoncé qu’il ne pourrait pas élever l’enfant d’un autre.

A cette occation, le journal cite une histoire plus ancienne encore rapportée par le journal Sanxiang Urban Newspaper. En 2014 un homme d’affaire de la ville de Yiwu s’était étonné que l’un de ses jumeaux ait des paupières très différentes des siennes et de la mère. En effet le pli épicanthique des paupières du bébé étaient doubles, tandis que sa femme, lui et son autre bébé en avaient un simple. Le test ADN a confirmé l’absence de lien biologique également avec l’enfant aux paupières doubles.

Comment une fécondation par deux pères est-elle génétiquement possible?

Ce cas de double paternité est bien évidemment très rare au sein d’une même grossesse chez les humains. Lorsque le spermatozoïde rencontre un ovule, la fécondation se produit immédiatement. Seulement, lorsque le spermatozoïde ne rencontre aucun ovule, il peut survivre jusqu’à cinq jours avant l’arrivée d’un ovule à féconder. C’est comme s’il flânait dans l’utérus ou la trompe de Fallope. C’est pour cette raison qu’il y a un risque de tomber enceinte pour une femme ayant eu des rapports jusqu’à 4-5 jours avant sa date d’ovulation.

jumelles nées de pères différentsLes femmes ont généralement une seule ovulation par cycle menstruel. Il est possible d’avoir deux jumelles nées de pères différents si une femme libère deux ovules qui sont successivement fertilisés par deux spermatozoïde de deux hommes différents.

Dans le cas de l’américaine T.M., elle a admis avoir eu des relations sexuelles avec deux partenaires différents au cours de la même semaine. Si une femme a plusieurs rapports sexuels pendant ces cinq jours il peut tout à fait y avoir fécondation d’un premier ovule par le premier homme, puis une seconde ovulation et fécondation par le deuxième partenaire au cours d’un même cycle menstruel. Cette grossesse double donnera deux jumelles nées de pères distincts: c’est une “superfécondation” hétéropaternelle (de deux pères différents). Les livres de médecine l’illustrent d’ailleurs souvent comme la naissance d’un enfant blanc et d’un enfant noir, jumeaux par leur mère uniquement.

La superfécondation hétéropaternelle est rare chez les humains mais relativement commune chez d’autres espèces comme les chiens, chats, vaches et rongeurs. Les femelles ont plusieurs partenaires pour augmenter leurs chances d’avoir plusieurs petits. Cela peut être une question de survie.

La justice a tranché: superfécondation = moitié de pension

Le test de paternité ordonné par la justice a établi que le père n’était le père biologique que de l’une des deux jumelles. Ce qui était un cas de routine est devenu une curiosité pour les manuels et revues juridiques et un casse-tête pour la cour, le juge a même demandé au Dr Wurzinger, directeur du laboratoire, de venir lui expliquer les résultats du test.

Finalement, le juge Sohail Mohammed a tranché après avoir écouté les explications du Dr Wurzinger. Il ne confirme la paternité que pour l’une des deux jumelles. Le père ne paiera donc que la moitié de la pension demandée par la mère, soit 28$ par semaine. A charge pour la mère de demander le complément de pension à l’autre père biologique.

Le cas de superfécondation est surprenant mais pas unique selon le New York Times, il représente un casse-tête légal et pourrait faire jurisprudence. Pourquoi faire jurisprudence si le fait est rare? Ce n’est pas dû à l’augmentation du nombre de partenaires au sein d’un même cycle menstruel. Le phénomène de multiples paternités au sein d’une grossesse gémellaire devient plus fréquent avec les technologies de fécondation assistée. En effet, on peut faire appel simultanément au sperme de multiples donneurs.

Pour aller plus loin: les trompes libèrent normalement un seul ovocyte (ovule) par cycle.

Rappelons comment l’ovulation se passe: l’hypophyse produit l’hormone folliculo-stimulante (FSH) au début du cycle féminin, qui donne l’ordre aux ovaires de porter des ovules à maturité. Les ovules sont produits dans les deux ovaires, placés dans des follicules, en attendant leur développement. Sous l’action de la FSH, un certain nombre de follicules sont stimulés et l’autre hormone oestrogène commence à être secrétée.

jumelles nées de pères différentsA ce stade, bien que plusieurs follicules se sont développés, un seul devient dominant et normalement seul l’ovule contenu par ce follicule se met à mûrir. Pendant que l’ovule continue de se développer, la muqueuse utérine s’épaissit à nouveau. Elle accumule un mélange de sang et de nutriments. La muqueuse se prépare ainsi à accueillir un futur ovule fécondé. Elle fait en sorte qu’il dispose de nutriments et d’un “nid” pour se développer. L’œstrogène est à ce moment à l’origine de la sécrétion d’une« glaire cervicale fertile ». Cela facilite le déplacement des spermatozoïdes et leur survie pendant 3 à 5 jours. Toutes les conditions sont réunies, l’utérus est ainsi le plus accueillant possible aux ovocytes fécondés.

Lorsque deux ovules sont portés à maturité pendant la même période de fécondité, on rencontre deux cas de figure: superfétation ou superfécondation.

Quelle est la différence entre superfétation et superfécondation?

  • La superfétation (ou superfoetation) est l’implantation d’une seconde grossesse dans un utérus contenant déjà une première grossesse en développement. La superfétation n’est pas si improbable, c’est ce qui se produit lors de la conception des faux jumeaux (jumeaux hétérozygotes). Deux spermatozoïdes d’un même partenaire masculin fécondent deux ovules maternels en même temps ou dans un temps très court.
  • La superfécondation (hétéropaternelle) est la fécondation de deux ovules ou plus par des spermatozoïdes provenant de mâles différents. Explications par Jason Kasraie de l’Association des Embryologistes Cliniques. Scénario 1:  Imaginons que les deux ovules sont libérés en même temps. Les spermatozoïdes peuvent attendre quelques jours dans la matrice ou les trompes. Il est ainsi possible d’avoir un premier rapport avec le premier futur papa quelques jours avant la double ovulation, puis un autre rapport avec le second père juste après. Dans le second scénario, deux ovules sont libérés à quelques jours d’intervalle, mais dans le même cycle reproducteur. Les deux cas sont très rares.

Rappel: Les vrais jumeaux jumeaux sont nés de la première division d’un seul ovule fécondé par 1 seul spermatozoïde (jumeaux homozygotes). Ils partagent totalement le même patrimoine génétique et se ressemblent dès la naissance. Deux jumelles monozygotes sont nécessairement nées du même père. Pour plus d’explications, consultez notre article consacré à  Comment déterminer si les jumeaux ou jumelles sont monozygotes ou dizygotes?

Quelles sont les chances que cela m’arrive également?

Ce cas de double paternité (superfécondation) est bien évidemment très rare. Il ne touche qu’une grossesse gémellaire sur 13000 d’après un rapport publié par Karl-Hans Wurzinger, le directeur du laboratoire qui avait fait les analyses des jumelles nées de pères différents.

Une étude menée en 1992 aux Etats-Unis montrait que parmi les tests de paternité effectués sur des jumeaux hétérozygotes, une superfécondation hétéropaternelle s’était produite dans 2,4% des cas. Cette étude ne peut pas donner une indication sur le nombre de cas rapportés à la population générale.

Une autre étude menée en 1993 estima qu’une grossesse dizygotique sur 12 serait causée par la superfétation au cours de deux rapports sexuels distincts. Parfois avec de deux pères distincts. Cependant la fréquence du phénomène de superfécondation dépend des taux d’infidélité (de promiscuïté). Et elle varie beaucoup selon les groupes étudiés aux Etats-Unis. Par exemple, une superfécondation hétéropaternelle concerne seulement un cas sur 400 pour les jumeaux nés d’une femme américaine mariée. A l’inverse, la superfécondation était plus fréquente parmi le groupe de femmes issues du milieu de la prostitution.

Que faire en cas de doute?

La première chose à faire est de recalculer votre période de fertilité. Reprenez d’abord la date de vos dernières règles. Tenez compte également de la durée moyenne de votre cycle. Pour plus d’aide, consultez notre tableau des jours de fécondité. Parlez en à votre médecin gynécologue. Il sera peut-être déjà possible d’affiner la date de la conception à partir d’un examen échographique.

Puis-je faire un test de paternité prénatal?

Le test de paternité prénatal non invasif pourrait indiquer qui est le père, à partir d’une prise de sang maternel. Hélas, ce test prénatal n’est pas possible pour une grossesse gémellaire. Ce test repose sur l’analyse de l’ADN libre foetal. Or les laboratoires ne peuvent effectuer ces analyses en présence de deux ADN foetaux. Vous devrez donc attendre la naissance des enfants pour faire un test de paternité à partir d’échantillons salivaires des enfants.

Lire nos autres articles autour du test de paternité:

Retour haut de page